Samedi 20 août 2011 6 20 /08 /Août /2011 17:31

assurance-vie« Bonjour, bienvenue chez Machin Assurances. Entrez Monsieur ! Monsieur… ?

- Dieu.

- Entrez monsieur Dieu ! Que puis-je faire pour vous ?

- Je voudrais une assurance.

- C’est justement notre spécialité monsieur Dieu !  Multirisques ? Habitation ? Responsabilité civile ? Sinistres entreprises ?

- Heu… non. Sinistres entreprises, ce serait plutôt pour mon ancien subordonné, Lucifer. Non, je voudrais que vous me donniez une assurance.

- Vous savez, monsieur Dieu, ici, les assurances, on les vend. On ne les donne pas. Une assurance de quoi ?

- L’assurance que le monde que j’ai créé ne court pas à sa perte.

- Ah ! Je vois. Donc vous êtes entrepreneur… Ecoutez, dans votre cas ce serait une responsabilité civile du dirigeant. Vous êtes dirigeant de votre entreprise bien sûr ?

- Euh… c’est compliqué. En fait, je suis plutôt à son service. Tout en bas de l’échelle.

- Pas possible ! Pauvre Monsieur Dieu ! Il vous est arrivé la même chose qu’à Steve Jobs chez Apple si je comprends bien ? Trahi et éjecté du jour au lendemain ?

-Non, moi ils m’ont jeté en prison et crucifié.

-Incroyable ! On voit de ces choses de nos jours… Vous êtes encore dans l’organigramme ? Parce qu’on pourrait vous faire souscrire une responsabilité civile des mandataires sociaux ?

- En fait on est trois à l’être. Il y a mon fils, et puis un copain, un type assez surprenant, très… spirituel. Mais on s’entend très bien : à nous trois, on ne fait qu’un.

- Bon. RC des mandataires sociaux, c’est fait. En revanche, cela ne couvre que les dommages que vous causez à des tiers.

- Ah mais alors ça ne m’intéresse pas : je ne fais de mal à personne. Jamais.

- Comment ça, jamais ? Je vous trouve bien présomptueux, monsieur Dieu !

- Non, jamais. Pas même accidentellement. C’est un principe, chez moi.

- Voyons monsieur Dieu, c’est impossible. Vous n’êtes jamais à l’abri d’un accident qui coûterait la vie à un tiers. Et contre qui se retournerait la famille ? Contre vous. Excusez-moi, monsieur Dieu, mais je vous trouve un peu léger. J’ai lu minutieusement le détail de vos contentieux passés, et il y a de quoi remplir un ouvrage gros comme la Bible. Job, Salomon, David, Elie et tous ces gens, là, qui ne cessent depuis 3000 ans de vous accuser de tous les maux et de crier leur désespoir en vous demandant de faire cesser les injustices? Il paraît même que certains en ont fait un livre. Et je ne voudrais pas remuer le couteau dans la plaie, mais votre propre Fils aurait quelques raisons de vous en vouloir. Croyez-moi, vous avez bien besoin de cette responsabilité civile. Et les mensualités vont être énormes, pour peu qu’on parvienne à trouver quelqu’un qui veuille bien vous assurer.

Maintenant, voyons pour les sinistres dont vous seriez victime…

- Ah ça, je veux bien. J’en ai souvent, des sinistres.

- Avant de pouvoir vous assurer, il faut que je sache comment vous bossez, quelles mesures de sécurité vous prenez pour vous prémunir…

- Aucune.

- Aucune ?

- Aucune. En fait je suscite chez les gens une vocation selon leurs talents, et après je laisse faire.

-…

- Je sais, ça n’a pas l’air très professionnel…

- Et heu… ça marche ?

- Des fois oui, des fois non…

- Alors je résume : vous pariez sur les bonnes volontés pour faire tourner votre petit monde, et vous vous attendez à ce que l’on parie sur vous ? Monsieur Dieu, si j’osais une litote, je dirais que c’est incalculablement risqué cela ! En tout cas je suis formel, nous aurons le plus grand mal à vous assurer. Votre dossier est bourré de mauvais risques, même chez Lloyd’s ils ne voudront pas de vous ! Regardez un peu votre passif ! Ce Judas, là…

- Oh, un type en or ! Il avait tout pour réussir et…

-…Et l’appât du gain, et l’orgueil, on connait tout ça ! Ça a fait le tour du monde cette histoire ! C’est comme Adam et Eve… Je peux en parler, ce sont mes aïeux, c’est vous dire. Un beau gâchis… Vous leur donniez tout et ils voulaient encore plus… Si je peux me permettre, monsieur Dieu, vous choisissez bien mal vos collaborateurs.

- Pas toujours quand même…

- Bon. Je vais essayer de vous faire un contrat de type Tous Risques Sauf, mais je vous préviens, la liste des exceptions va être longue comme un jour sans pain.

- Ça me va… Il n’y a plus de jour sans Pain depuis que mon fils est ressuscité.

- Et ça va vous coûter les yeux de la tête…

- Oh vous savez, j’ai l’habitude de donner jusqu’à mon sang…

- Vous êtes bizarre monsieur Dieu… Mais je vous aime bien. Allez, je vous rappelle très vite. A bientôt ! »

Ce texte est dédié à un ami très cher qui reconnaîtra là une de nos conversations, et qui part pour Rome discerner sa vocation. Mes prières, mon admiration et mon amitié l’accompagnent.

Par Nystagmus
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

En 140 signes

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés