Mercredi 22 août 2012 3 22 /08 /Août /2012 13:52

 

pilule.gif Sur le site des « Chrétiens de gauche », ce matin, un billet de René Poujol. L'ancien rédacteur en chef du journal Pèlerin, que j'ai eu le plaisir et l'honneur d'avoir dans mon émission de radio chaque lundi durant de nombreuses années, publie un billet que je vous invite à lire, sur la responsabilité, selon lui immense, de l'Eglise catholique dans la durable fâcherie de bon nombres de chrétiens avec l'institution catholique. Je voudrais ici apporter mes propres réflexions sur le sujet, à la lumière de mon expérience personnelle.

 

« Fâchés avec Dieu pour des questions de braguette... » La formule est belle et saisissante. Par leur obsession du contrôle du sexe, les prêtres, « ayant fait, pour eux-mêmes, le choix du célibat… donc de la continence » auraient provoqué la rupture de loyaux catholiques avec Dieu. Ce fut parfois vrai, dans des endroits où l'Eglise n'était guère séparée de l'Etat et abusait de son rôle, je pense en particulier au Québec où, pendant longtemps, il n'a pas été possible de devenir infirmière sans être religieuse, et où certains confesseurs fliquaient les femmes mariées qui n'étaient pas enceintes à nouveau dans un délai d'un an après la naissance du dernier (ce qui explique les immenses familles québécoises de la génération de nos grands-parents, où les fratries de 12 ou 18 personnes n'étaient pas rares).

 

Mais aujourd'hui ? A qui l'Eglise catholique impose-t-elle quoi que ce soit à qui que ce soit ? Voit-on des prêtres en soutanes à l'entrée des églises vérifier les cahiers de confession des fidèles ? L'Eglise propose une morale qui ne vaut le coup que parce qu'elle nous enracine profondément dans le Christ. Vouloir suivre cette morale sans être vissé à Jésus-Christ, c'est de la névrose. Je suis toujours assez peinée de voir le grand argument laïcard de "l'Eglise-qui-serait-déconnectée-du-réel ou arc-boutée-sur-des-positions-d'un-autre âge" repris par des croyants sincères, qui plus est lorsqu'ils ont la stature intellectuelle d'un René Poujol. A titre personnel, j'ai été convaincue par les arguments de l'Eglise... avant même de savoir que l'Eglise avait de tels arguments, et avant même de devenir croyante.

 

Sur le mariage, d'abord. Pour paraphraser votre texte, cher René, j'ai fait pour moi-même le choix du mariage catholique... donc de la chasteté dans le mariage. Pas plus que quiconque n'a obligé les prêtres, un revolver sur la tempe, à prononcer leurs vœux, je n'ai subi de pression familiale, sociale ou pire : religieuse pour me marier à l'église. Simplement, en tombant amoureuse de mon futur mari, j'ai su que je voulais le must pour nous deux : un lien indissoluble, jusqu'à ce que la mort nous sépare, dont le Christ serait le centre, et qui serait l'image de l'union indissoluble du Christ avec son Eglise. Un truc qui a plus de gueule que quoi que ce soit d'autre. Je voulais le meilleur.

 

Au début, mon mari, qui était agnostique, se serait fort bien contenté d'un concubinage sans mariage, même civil. Mais pour moi, malgré tout l'amour que j'avais pour lui (et que j'ai toujours), les choses étaient claires : si tu m'aimes, tu m'épouses. Parce que tu n'es pas mon « copain », ni mon « ami », ni mon « compagnon ». Tu es mon mari et nous sommes une seule chair. Et je ne vois guère en ce qui me concerne comment on peut prétendre aimer une personne plus que tout et ne pas vouloir faire une seule chair devant Dieu qui seul peut diviniser cette chair. Je ne vois pas comment on peut dire que l'on fait une seule chair si les enfants qui naissent de cette chair unie ne portent pas le même nom que leurs deux parents. Oui, deux personnes qui vivent ensemble sans être mariées, en s'aimant et en étant fidèles l'une à l'autre, c'est bien. Mais moi, le bien ne m'intéresse pas. Ce que je veux pour moi, c'est le meilleur. Et tout au long du chemin qui nous a conduit au mariage civil, puis religieux, j'ai été en cohérence avec moi-même : je n'ai pas communié. Je n'en tire aucune gloire, parce que ce n'est guère glorieux de se retrouver à vivre, même si on sait que ce n'est que pour un temps, sans l'union intime avec le Christ à cause de son péché. Même si ces années de ''faim eucharistique'' ont été source de choses extraordinaires – j'y reviendrai peut-être dans un autre billet, là n'est pas la question.

 

Comme pour tous les couples, la question de la fertilité s'est posée rapidement, et donc de la régulation des naissances. J'ai pris la pilule, comme beaucoup de femmes, pendant des années, avant de rencontrer mon époux. Sans vraiment savoir pourquoi, il m'a été impossible de la prendre avec lui. Non que je sois irresponsable, ni que je veuille une famille à la québécoise, ni que je pense que mon rôle de femme est de procréer. On en revient simplement à la très haute idée de l'amour, et donc de la sexualité, que nous propose l'Eglise : si nous nous aimons vraiment, aimons-nous dans toutes nos dimensions. Ne nous approchons pas du corps l'un de l'autre si nous n'aimons pas nos corps sexués et les conséquences de la rencontre aimante de deux corps fertiles. Je ne me segmente pas pour celui que j'aime : je suis son amante, sa femme et la mère de ses enfants, et je ne m'ampute pas quand je me donne à lui. Les quelques rapports protégés que nous avons eu au début m'ont laissé le goût amer de la rencontre incomplète. Et je précise, là encore, que ce n'est pas chose facile : nous avons cette chance qui se transforme parfois en épreuve d'avoir une fertilité implacable, d'avoir des enfants dès la première union à chaque fois, et que notre dernière que nous aimons plus que tout n'était pas attendue. Mais j'aime que, dans mes périodes de fertilité mensuelles, nous nous retenions, parce que c'est aussi se donner par amour que de différer une union : là encore l'Eglise n'a rien inventé, chacun sait que le désir vient de l'attente. Et ce que me propose l'Eglise en matière de régulation des naissances, à savoir l'observation minutieuse de mon cycle, nous comble bien plus que l'arsenal médical que mon gynécologue s'obstine toujours à nous proposer, tremblant de peur de se voir coller un procès à chaque visite parce que je serais « encore » enceinte : « Bon, vous faites ce que vous voulez (merci) mais on est d'accord : je vous fait quand même une ordonnance, hein! » J'aime que mon mari soit à l'écoute du rythme naturel de mon corps. J'aime qu'il ne considère pas que les enfants soient une maladie contre laquelle il faudrait prendre des médicaments. J'aime qu'il m'aime avec ma fertilité parce que cette fertilité fait partie de ce que je suis, et qu'il m'aime comme je suis tout entière.

 

Et je précise que ce point de vue n'est pas spécialement catho : je connais beaucoup de femmes qui perdent toute libido quand la vasectomie de leur conjoint, même décidée en couple, les prive de la dimension fertilisante de l'acte sexuel, sans pourtant qu'elles veuillent d'enfants. Des femmes qui n'aiment pas la contraception, qui la voient non pas comme une libération, mais comme un esclavage, qui plus est un esclavage au corps médical. Aujourd'hui, toutes les femmes qui utilisent la contraception voient leur sexualité contrôlée par un toubib. De leurs premières règles jusqu'à la ménopause, les voici contraintes de raconter leur intimité à des docteurs. Est-ce vraiment cela, la liberté ? Est-ce vraiment être libre que de s'amputer d'une partie de soi-même pour correspondre au désir d'un homme qui veut bien jouir de ou avec vous, mais sans penser aux conséquences ? Je n'en suis vraiment pas certaine. Et ne croyez pas que je sois multimillionnaire et que j'aie les moyens d'élever une équipe de foot.

 

Sur la sexualité, René Poujol écrit encore ceci : « Je vais au bout de ma pensée. Je trouve aujourd’hui pareillement insensées : la diabolisation sans nuance de la masturbation et la condamnation morale des relations sexuelles pré-maritales dans nos pays où l’on se marie en moyenne à l’âge de 30 ans alors que la maturité sexuelle des jeunes n’a jamais été aussi précoce; insensées tout autant la prohibition des méthodes de contraception dites artificielles et l’obligation morale faite aux personnes homosexuelles de vivre leur vie durant dans la continence. Car il n’est  de sexualité ''contre nature'' que pour autant que l’on maintient le principe selon lequel la sexualité doit rester, pour tous, potentiellement ouverte à sa finalité de reproduction, même si ce n’est pas la seule. »

 

La question de la masturbation m'interpelle. Parce qu'un certain discours glorifie la masturbation comme nécessaire à la fin de la frustration. Je crois profondément que c'est tout le contraire, que la masturbation génère la frustration. Que plus on se masturbe, plus on est frustrés. Que jamais, jamais la masturbation ne nous rapproche de l'Autre. L'Eglise, qui veut nous proposer ce qui existe de meilleur et faire de nous des hommes et des femmes épanouis et heureux, nous dit que la masturbation peut nous satisfaire, mais ne peut pas nous rendre heureux. Ma propre expérience et celle de beaucoup d'autres montre que c'est vrai. Je vous renvoie là au témoignage sur la masturbation de mon ami Philippe Arino, qui a ces mots saisissants lorsqu'il évoque la masturbation :

 

''Que dit la masturbation ? Rien ne sert de la définir comme un « vice » si on n’explique pas en quoi elle est moralement condamnable. À mon sens, elle dit une relation à soi-même consumériste (quand on se masturbe, on se place en principale source de son propre plaisir : on se goûte soi-même, on jouit de soi, on s’offre sa petite gâterie, on ne le fait pas au grand jour parce que c’est un acte qui ne se partage pas et qui est par essence autocentré). Elle dit une relation bestiale (la masturbation est une activité que nous, êtres humains, partageons avec nos amis les bêtes), une relation imaginaire et narcissique (pendant la masturbation, les fantasmes l’emportent sur le Réel, les images de nos magazines et des films pornos défilent dans notre tête pour se substituer au monde ambiant), une relation égocentrique, par défaut et ratée (honnêtement, si on pouvait faire l’amour avec une autre personne que soi-même, une personne qu’on aime vraiment et qui nous plaît, on le ferait), une relation adolescente (quand on a une pratique sexuelle qui se limite à la masturbation, on a l’impression qu’on n’arrive pas à passer à l’étape supérieure, à accéder à une manière d’aimer plus adulte), une relation compulsive (la masturbation, cet ébranlement nerveux physique, soulage sans guérir), une relation blessée et névrotique (voire pathologique : il existe un lien – non-causal – entre masturbation et psychiatrie dont il faut parler : la masturbation, quand elle se systématise, induit/illustre des troubles psychiques et affectifs réels – je pense à certaines personnes handicapées, à des graves accidentés, ainsi qu’à certains criminels passés à la postérité, qui se masturbent souvent –  ; cette réalité est cachée, car celui qui s’adonne à cette pratique est à la fois sa propre victime et son propre agresseur : l’attouchement de ses parties génitales vient d’une seule personne – lui-même – et procure du plaisir mais de manière forcée ; c’est en quelque sorte de l’auto-viol.). En somme, la masturbation, une fois passé le bon moment de l’orgasme d’une minute trente, est une sexualité de l’échec, qui dit un non-amour faisant parfois violence.

 

Si l'Eglise dit que la sexualité hors-mariage est ''contre-nature'', c'est qu'elle croit – et je le crois avec elle – que la nature de l'homme, de tout homme, catholique ou non, est d'accéder au divin. Que ce divin, c'est l'Amour avec un grand A. Les chemins qu'elle propose, continence en Christ ou mariage en Christ, et non continence ou mariage tout court, sont basés sur l'observation très fine de ce qu'est l'humain, et sur l'aspiration ontologique de cet humain à être toujours plus et mieux en vérité que ce qu'il est à l'instant T. Tous, sur ce chemin de sainteté (appelons les choses par leur nom : l'Eglise n'a que faire d'avoir de bons catholiques, elle veut fabriquer des Saints), nous tâtonnons, nous trébuchons, nous nous relevons, avant la prochaine chute où Dieu nous tirera pour nous relever et marcher plus loin. Et que Dieu bénisse son Eglise de proposer ce chemin de sainteté à tous, et de ne pas vouloir le réserver à une élite.

Par Nystagmus - Publié dans : Catholicisme
Ecrire un commentaire - Voir les 43 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

En 140 signes

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés